TERRES-DE-CAUX > ACTUALITES

Signature de la convention avec l’association « Animal Welfare » pour la stérilisation et l’identification des chats errants.

Convention animal welfare.jpg

Ce samedi 17 juillet 2021, Jean-Marc VASSE, Maire de Terres-de-Caux et Gilbert LACHEVRE, Maire délégué de Ricarville, en charge de la sécurité, reçoivent Monsieur Huré, représentant de l’Association « Animal Welfare » pour procéder à la signature de la convention passée entre la commune de Terres-de-Caux, l’association et le cabinet vétérinaire « SCP VETO CŒUR DE CAUX » pour la stérilisation et l’identification des chats errants.

Dans le cadre de l’article L211-19-1 du Code Rural et de la Pêche Maritime qui interdit la divagation d’animaux domestiques et des animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité, il revient à chaque commune de veiller à la gestion de la population des chats errants et de maîtriser leur prolifération : la stérilisation stabilise automatiquement la population féline qui continue de jouer son rôle de filtre contre les rats, souris, etc…

C’est pourquoi, la Municipalité de Terres-de-Caux a décidé d’établir une convention qui encadre la mise en place d’une action visant à maîtriser les populations de chats errants sans propriétaire par le contrôle de leur reproduction, en accord avec la législation en vigueur. Ainsi, l’association « Animal Welfare » procédera à la capture des chats errants non identifiés, en état de divagation, sans propriétaire ou sans « détenteur », après avoir, au préalable, obtenu un bon de prise en charge, délivré par la mairie de Terres-de-Caux. Les frais de stérilisation, de castration et d’ovario-hysterectomie des animaux capturés seront facturés par le cabinet vétérinaire « SCP VETO CŒUR DE CAUX » à la commune de Terres-de-Caux qui a constitué une provision à cet effet.

La présente convention est conclue jusqu’au 31 décembre 2021 et renouvelable annuellement expressément.

Pour Gilbert LACHEVRE : « Nous sommes bien conscients que cette prolifération des chats errants est une véritable nuisance pour le voisinage. »

Et Jean-Marc VASSE : « Pour combattre ce fléau, la commune de Terres-de-Caux se saisit des dispositions prévues par la réglementation et constitue des provisions à cet effet car il faut faire cesser le trouble ».